Monthly Archives: June 2014

Mobil 2040 Brussels Refreshed

Brussels Mobility, the Regional Public Service of Mobility in Brussels, has launched Mobil2040: an ambitious initiative based on a forward-looking and multidisciplinary study undertaken by the consultancy offices Technum and Espaces-Mobilités. Rather than simply seeing a technical challenge or an obstacle to sustainable development, Mobil2040 invites readers to envisage mobility as a lever for change. The study not only looks at mobility from the viewpoint of transport means, but also in terms of a change in behaviour, new technologies, urban planning, ‘local’ facilities, shared public spaces, citizen participation, time considerations and our way of life.

Between 15 March and 30 May, Bruxelles Mobilité organised an ideas competition on the theme of sustainable mobility in 2040. They shared their ideas, dreams and vision for mobility in 2040: check out the entrants’ projects.

Mobil2040 video

Amtrak Plans to Lure Riders With Screaming-Fast Wi-Fi

There’s no realistic chance Amtrak can lower its prices in the next few years, so it’s looking for another way to win customers: Good Wi-Fi. As in, live Tweet your Scandal marathon on Netflix good. Amtrak has a key advantage over bus companies here: It owns the land its trains run on, so installing the necessary hardware is not a big deal.

via Amtrak Plans to Lure Riders With Screaming-Fast Wi-Fi | Autopia | WIRED.

The Triumphant Return of Private U.S. Passenger Rail

There are two reasons All Aboard Florida may be able to revive a transportation model whose decline began during the Hoover administration. The first might be called what is already there: a coastline’s worth of right-of-way, half of Florida’s population, and tens of millions of travelers on business and vacation. The second might be called what could be there: 21 acres of transit-oriented development in three South Florida downtowns.Private, inter-city passenger rail in America has been dead since 1983, the year the Rio Grande Zephyr, which ran through the Rockies between Denver and Ogden, Utah, was folded into Amtrak’s California Zephyr route. That was the final bow of a long fifth act that began with the ascent of the American automobile six decades earlier. The number of passenger trains in the United States dropped 45 percent between 1929 and 1945, and 85 percent between 1929 and 1965.

AAF will set a passenger railway in motion. With 32 trips each day and a train capacity of 400 travelers, the service can theoretically carry more daily riders between Miami and Orlando than Amtrak’s Acela does between New York and Washington, D.C. Tourists and in-state leisure travelers will account for nearly three-quarters of AAF ridership, with business travelers making up the rest.

Governments and developers profit from rising land prices spurred by changes both physical, such as a new rail line, and legal, such as a new zoning code. In a case like AAF’s, intercity rail transforms a lifeless downtown into a hot commodity, right as transit-oriented development enhances the appeal of carless travel.

What’s happening in downtown Miami is straight out of the Flagler playbook. People both inside and outside of All Aboard Florida talk about the station development as a “catalyst” for transit-oriented development downtown.

Research has shown that when high-speed rail does produce big gains, it’s when the new station is part of a wider regeneration effort in a depressed, post-industrial center city. South Florida’s hollow downtowns seem to fit that profile…

via The Triumphant Return of Private U.S. Passenger Rail – CityLab.

Museum from the Future…in town from 2042

Logo-MFTF

Sometimes its hard to imagine that ordinary people can change the world. But just look at the history of the car and prepare to be empowered and astonished.

The year is 2042. Discover the car: legendary machine that nearly ruined our planet – but didn’t because people like us kicked the petrol addiction.

Ever wonder how we achieved the sustainable society that we are lucky enough to live in now? Step back in time to 2012 to discover where it all began.

Introducing: ‘Museum from the Future’ a pop-up exhibition with real artefacts from the bygone motoring age, an interactive history of the downfall of the car, and a programme of events exploring Oxford’s role in the global transition to a post-oil, post-car world.

Featuring all your favorite bicycle technology such as bike-chariots, bike-cinema, bike-sound systems and more.

Get a taster of whats in store: The rise and fall of the car – a film from the future

Portrait de l’environnement bâti et de l’environnement des services : un outil d’analyse pour améliorer les habitudes de vie

http://atlas.quebecenforme.org/geoclip_v3/index.php?#v=map1;i=envbati.mix_sup;l=fr;z=-8359196,5836151,391120,251215

Ce portrait est un outil regroupant une série d’informations sur les caractéristiques de l’environnement bâti, de l’environnement alimentaire, des conditions socio-économiques et des infrastructures pouvant être reliées à la saine alimentation et à un mode de vie physiquement actif, et ce, pour une partie importante du territoire québécois.

Accueil – INSPQ – Institut national de santé publique du Québec.

Find Apartments for Rent and Rentals – Get Your Walk Score

 

Walk Score is available for any address in the United States, Canada, and Australia. We’ve also ranked the largest 3,000 cities and over 10,000 neighborhoods so you can find a walkable home or apartment.

We believe that walkable neighborhoods with access to public transit, better commutes, and proximity to the people and places you love are the key to a happier, healthier and more sustainable lifestyle.

Find Apartments for Rent and Rentals – Get Your Walk Score.

Le gouvernement veut tester les 80 km/h sur certaines routes

“Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est prononcé lundi 16 juin en faveur d’une “expérimentation” de la limitation de la vitesse autorisée à 80 kilomètres/heure au lieu de 90 kilomètres/heure sur certaines routes “très accidentogènes”.

A l’issue d’une réunion du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), Bernard Cazeneuve a estimé que cette mesure “ne peut être envisagée que de façon expérimentale et sur des segments très accidentogènes. Il faut prendre le temps de la pédagogie”.

“Une mesure, quelle qu’elle soit, ne peut être bien appliquée que si elle est comprise”, a-t-il ajouté.”

Le gouvernement veut tester les 80 km/h sur certaines routes – Le Nouvel Observateur.

Watch Los Angeles’s Road Network Grow, From 1888 to 2010

Los Angeles is famous for its enormous network of roads. A new video by doctoral student and an associate professor at Arizona State University visualizes the expansion of LA County’s roads, starting in 1888 and running all the way up to 2010; Variations in color denote the age of the thoroughfares, with green being the oldest roads and red being newest.

Watch Los Angeles’s Road Network Grow, From 1888 to 2010 – Video Interlude – Curbed LA.

«Pour moi, la bagnole, c’est l’anti-mobilité»

Pour se déplacer, chacun son truc : un trajet préféré, un vélo chéri, une station honnie.

Témoignages.
«J’AI ÉTÉ L’UN DES TROIS PREMIERS CLIENTS DE CAISSE COMMUNE»
BERTRAND, 42 ANS, INGÉNIEUR, PARIS XÈ

«Je vis à Paris depuis 15 ans et je n’y ai jamais eu de voiture. Je pense qu’il y a de bons et de mauvais usages de la voiture mais elle n’est absolument pas nécessaire pour la majorité des trajets que je réalise au quotidien. Du coup, je compose en fonction de mes impératifs entre le vélo, les transports en commun, le taxi et l’autopartage. J’ai été l’un des trois premiers clients de Caisse Commune, un des premiers sites d’autopartage, devenu aujourd’hui Mobizen. Louer un véhicule pour un besoin précis me semble intelligent. Ca évite les multiples aliénations à la voiture qui coûte cher, qui prend de l’espace, qui bouffe des matériaux, et qui, enfin, a une conséquence néfaste sur l’environnement. Pourtant, je ne peux pas dire que je sois foncièrement de sensibilité écolo mais, chez moi, c’est quand même important de faire attention à la planète. J’essaye donc de traduire ça en actes. Avec l’autopartage, au moins, j’ajuste mes déplacements au jour le jour. Lorsque je dois charrier un meuble Ikéa, je booke un utilitaire. Pour partir en vacances, en revanche, je mixe la location d’un véhicule sympa avec un long trajet en train. Tout cela réclame un peu de souplesse et d’organisation mais je pense que c’est responsable.»

«JE CONSULTE SYSTÉMATIQUEMENT L’APPLI RATP POUR SAVOIR QUAND PASSE MON BUS»
KARINE, 32 ANS, CRÉATRICE D’ENTREPRISE, MONTREUIL (93)

«Chaque jour, j’utilise le bus et je marche quelques minutes pour aller au travail. Je n’ai pas besoin de la voiture et je trouve le bus beaucoup plus agréable. On peut s’y reposer, regarder le paysage, et même rencontrer des gens. A force de croiser les mêmes chauffeurs, on se parle, c’est convivial. On peut y lire aussi. Je m’y sens bien. Beaucoup mieux en tout cas que dans le RER ou le métro qui se trouvent en souterrain. Le matin, avant de partir de chez moi, je consulte systématiquement l’application de la RATP sur mon iPhone pour savoir dans combien de temps passe mon bus. S’il fait froid, par exemple, je ne pars de chez moi qu’au dernier moment! Dans Paris, beaucoup de gens utilisent le vélo. Moi, je trouve que ce n’est pas facile et ça me fait peur. Une fois, j’ai failli mourir, ça m’a convaincu d’arrêter (Rires). Mon conjoint, lui, a un besoin quotidien de la voiture. Mais nous n’en possédons qu’une. Je ne tiens pas à en avoir une rien qu’à moi. Je ne suis pas une irréductible de l’écologie mais j’y fais de plus en plus attention. Dernièrement, je suis allé à Shanghaï pour le boulot, et c’est juste horrible ! La pollution prend à la gorge, c’est un cauchemar. Je pense que nous devons vraiment nous interroger sur l’usage de la voiture.»

«POUR MOI, LA BAGNOLE, C’EST L’ANTI-MOBILITÉ»
EMMA, 28 ANS, DESIGNER, PARIS XVIIÈ

«J’aime choisir mon mode de transport car, à chaque fois, c’est une nouvelle expérience de la ville. Sur mon vélo, je regarde tout ce qui se passe autour. Slalomer, ça m’amuse beaucoup. Je me rappelle d’un soir ou je suis rentrée de soirée à 5 heures du matin en Vélib. C’était l’occasion de voir le soleil se lever dans un quartier de Paris où je ne vais pas forcément. C’était comme si je m’appropriais la ville autrement. J’ai un vieux Gitane un peu cradingue de sorte qu’on n’ait pas envie de le piquer ! Sinon, ma mobilité, c’est mon téléphone. C’est fou comme ça a tout changé. Avant, la liberté c’était d’avoir sa bagnole, maintenant c’est d’avoir un portable avec internet., Un GPS dans l’Iphone, ça simplifie la vie.. On réadapte en permanence son itinéraire en fonction des «accidents de trajet», et on ne perd pas un temps fou avant de partir pour regarder la route.. Cela fait 10 ans que je vis à Paris et je n’ai jamais eu de voiture. Je dois même dire que je suis assez anti-bagnole tout simplement parce que pour moi c’est l’anti-mobilité. En ville, t’es dans les embouteillages en permanence, c’est une vraie galère pour se garer et c’est hyper cher. Du coup, pour partir en weekend, je fais de l’autopartage. Ca rend un truc pénible à la base assez sympa. Ca recrée une forme d’entraide qui me rappelle l’endroit d’où je viens, Nevers, où l’on se prête les clés de voiture entre voisins !»

Recueilli par Willy Le Devin

Regionator, la carte de France dessinée par les trajets quotidiens

Regionator-14

On n’a pas fini de s’amuser avec le redécoupage des régions. Chaque média a dessiné ses cartes, imaginé un “redécoupage idéal”, ou proposé à ses lecteurs de faire de même. Depuis l’annonce du redécoupage, le lundi 2 juin au soir, Libération joue à comparer les nouvelles entités, en terme de PIB, de taux de chômage ou de miss France élues tandis que les « Décodeurs » du Monde s’intéressent à l’impact électoral de la fusion.

La société Data-publica s’est livrée à un petit jeu d’un autre genre. Avec une application baptisée Regionator 3000 (disponible ici), ce sont les déplacements quotidiens entre les départements, quel que soit le moyen de transport utilisé, qui décident des limites entre les nouvelles entités territoriales. Autrement dit, plus il y a de trajets entre deux départements, plus ceux-ci ont de chances de se retrouver dans la même unité. A chacun de choisir le nombre de régions souhaité, 14, 22 ou pourquoi pas 3. Les données des déplacements, issues des documents publiés par l’Insee, génèreront automatiquement une carte. En principe, les départements associés au sein d’une même région doivent être contigus ce qui n’empêche pas, pour certaines cartes, un “bug”, la Bretagne étant liée à la Corse…

Allô, Bordeaux? Ici Périgueux. Cette réorganisation basée sur “le bigdata” n’est après tout pas plus stupide que le redécoupage sur un coin de table, entouré de quelques conseillers… D’ailleurs, Serge Antoine, le jeune énarque qui avait, en 1956, dessiné la carte des actuelles régions s’était notamment basé sur les données des appels téléphoniques, rapporte L’Express. Puisqu’à Nîmes on appelait davantage Montpellier que Marseille, le Gard s’était retrouvé dans le Languedoc et non en Provence. De même, Périgueux téléphonait plus à Bordeaux qu’à Limoges, ce qui avait valu à la Dordogne d’être rattachée à l’Aquitaine plutôt qu’au Limousin…

Les bassins d’emploi. Regionator 3000 dessine, en quelque sorte, les bassins d’emploi, et cela recèle quelques belles surprises. On observera ainsi que pas une carte, ni celle qui comprend 22 régions, ni celle qui en compte 14, ni aucune autre, ne ressemble au découpage actuel. Ce qui signifie que les limites choisies ne sont pas très pertinentes, en tous cas du point de vue des transports et des échanges.

Alsace-Lorraine, deux Normandies. La carte des bassins d’emploi la plus pertinente car la plus affinée (donc avec 22 entités) raconte par ailleurs pas mal de choses. Ainsi, l’Alsace et la Lorraine sont manifestement très proches, n’en déplaisent à ceux qui mettent en avant l’identité alsacienne pour espérer conserver un conseil régional pour eux seuls. Le Nord-Pas-de-Calais, en revanche, présente une belle unité géographique, tout comme, à l’autre bout du pays, les départements de la Drôme et de l’Ardèche. L’Ile-de-France est partagée entre est et ouest, ce qui réfute l’idée reçue selon laquelle l’on construirait des logements à l’est et des bureaux à l’ouest.

Nantes n’est pas en Bretagne. La Loire-Atlantique, qu’on le veuille ou non, est bien plus tournée vers ses voisins de la région Pays de la Loire, Vendée et Maine-et-Loire, que vers la Bretagne. Et il en est ainsi sur la plupart des cartes générées par Regionator, sauf évidemment lorsqu’on dessine de très grandes régions. Les deux Normandies sont bel et bien séparées et se rattachent même, pour l’une, à l’ouest de la Picardie, et pour l’autre, à la Sarthe et à la Mayenne. Lyon regarde vers le nord, Marseille vers l’ouest, Dijon vers le sud et Toulouse vers l’est. Bien sûr, les cartes prendraient d’autres formes si elles intégraient d’autres données de déplacements journaliers, ceux des frontaliers. On verrait sans doute se rapprocher Nice et Monaco, la Moselle et le Luxembourg ou encore le Haut-Rhin et les cantons de Bâle. Cela s’appelle faire l’Europe.

Les têtes chercheuses de Data-publica ont poussé le jeu jusqu’à créer “un petit algorithme pour générer automatiquement un nom à partir des noms des anciennes régions”. Bienvenue en Pyréssillon, Losace ou Poiquitane. Et vivement le redécoupage des structures intercommunales, qu’on continue de s’amuser !

source : Blog sur les transports Le Monde.fr